la 12ème Commission de partenariat entre le Burkina Faso et le Grand-Duché de Luxembourg s’est tenue par vidéoconférence le lundi 20 juillet 2020, sous la co-présidence de Monsieur Franz FAYOT, Ministre de la Coopération, de l’Action humanitaire et de l’Economie du Grand-Duché de Luxembourg et de Monsieur Lassané KABORE, Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement du Burkina Faso.  Elle s’inscrit dans le cadre du suivi régulier des engagements pris par les deux parties depuis 2003 afin d’assurer une mise en œuvre efficiente de l’Accord Général de Coopération du 27 octobre 1999.

Les travaux de la Commission de partenariat essentiellement consacrés aux  échanges sur les performances des projets et programmes de développement bénéficiant de l’appui technique et financier du Grand-Duché de Luxembourg ont connu la participation des premiers responsables des départements ministériels bénéficiaires du soutien du Grand-Duché de Luxembourg.

 Au total six projets et programmes bilatéraux d’un coût d’environ 48,54 milliards de F CFA financés par le Luxembourg sont actuellement en cours de réalisation au Burkina Faso dans le cadre du troisième Programme Indicatif de Coopération (PIC III) qui lie les deux pays et couvre les années 2017-2021. Ces projets et programmes concernent les domaines de l’éducation, de l’environnement, du développement numérique et des postes, de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes. A ceci s’ajoutent des projets financés par le Luxembourg et mis en œuvre par des agences multilatérales, des ONG ainsi que des acteurs humanitaires pour un montant de 28,8 milliards de F CFA pour la période 2017-2020.

 

Les deux parties ont, au cours des travaux, pris des engagements en vue d’améliorer et de consolider les acquis des projets et programmes de développement. Il s’agit notamment de l’amélioration de la gouvernance et du suivi des projets ainsi que du dialogue entre les deux parties.

Au titre de l’Appui au Développement des Technologies de l’Information et de la Communication, les deux parties ont convenu de prolonger la période de mise en œuvre du projet de 6 mois, soit jusqu’en juin 2021, suite à la pandémie de la COVID 19.

Au titre de l’Appui à la gestion durable des ressources forestières, des fonds ont été mis à la disposition du Ministère en charge de l’environnement, en appui à la riposte à la COVID 19, sur la base d’une révision budgétaire du programme. En outre, les deux parties se réjouissent de la nouvelle dynamique au sein du Fonds d’Intervention pour l’Environnement (FIE) depuis fin 2019.

Au titre de l’Appui à la politique sectorielle d’enseignement et de formation techniques et professionnels, des progrès ont été relevés depuis la signature du protocole bilatéral en octobre 2019. Dans cet esprit, les deux parties exhortent les acteurs à accélérer la mise en œuvre des travaux pour l’atteinte des objectifs du projet.

Concernant le Cadastre fiscal du Burkina Faso, les deux parties ont confirmé leur volonté de collaborer dans le cadre d’un appui du Luxembourg pour la mise en œuvre des actions portant sur le renforcement des capacités et la numérisation des archives à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso. A ce sujet, il est convenu qu’un projet soit formulé pour leurs mises en œuvre.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de la Covid-19, la Commission de partenariat a relevé les efforts supplémentaires du Grand-Duché de Luxembourg à hauteur d’environ 4,6 millions d’euros soit environ 3 milliards de FCFA. Le Burkina Faso a apprécié et remercié le Luxembourg pour cet accompagnement qui permettra de faire face à cette pandémie de la COVID 19.

La Commission de partenariat a également abordé la revue à mi-parcours du PIC III, qui sera lancée au deuxième semestre de cette année et permettra d’apprécier la contribution du Luxembourg à la réalisation du Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020. A l’issue de cette revue à mi-parcours, les deux parties pourront enclencher le dialogue sur les modalités du prochain PIC.

A la fin des travaux de la douzième Commission de partenariat, les deux parties ont salué la constance et la qualité de la concertation entre les acteurs de mise en œuvre des interventions des programmes de coopération permettant de trouver des solutions  aux difficultés rencontrées et les ont encouragés à maintenir ce mécanisme de dialogue permanent.

Service de la  communication de la DGCOOP