Le directeur général de la coopération, monsieur Inoussa OUIMINGA a présidé le Lundi 17 août 2020  à Ziniaré, dans la province de l’Oubritenga, la cérémonie d’ouverture de l’atelier d’élaboration du projet de mémorandum de politiques économique et financière du Burkina Faso. L’atelier a réuni une trentaine de participants issus de différentes structures de l’administration et de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

 

C’est un atelier technique qui  visait de façon spécifique à : décrire l’évolution de la situation économique et financière à fin décembre 2019, les tendances pour le premier semestre 2020 et les perspectives pour le reste de l’année 2020;  décrire les perspectives de la politique économique à moyen terme (cadre macroéconomique, politique budgétaire, balance des paiements, politique d’endettement); proposer un Protocole d’Accord technique révisé ; proposer des réformes structurelles ; vérifier la cohérence des données collectées dans le cadre des 4ème et 5ème revues.

 

Pour le directeur général de la coopération l’importance de cet atelier pour le Burkina Faso n’est plus à démontrer. Aussi a-t-il , dans son discours d’ouverture, remercié tous les acteurs du programme triennal 2018-2021 conclu entre le Burkina Faso et le FMI, objet de l’atelier, pour tous les efforts consentis en faveur de sa mise en œuvre et de son suivi.

 

 

Il a, par ailleurs, invité les participants à être assidus aux différents travaux et souhaité que les résultats qui en sortiront soient de qualité à même de mettre les acteurs au même niveau d’information sur les limites objectives du programme et permettre d’envisager des propositions structurelles pertinentes.

 

Il a par ailleurs évoqué une difficulté majeure liée à la collecte de certaines données non sans donner des conseils avisés pour lever certaines contraintes relatives à cette collecte.

 

Le programme conclu au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) pour un montant de 108,36 millions de DTS (environ 157,6 millions de dollars) en appui au Programme National de Développement Economiques et Social (PNDES) mis en œuvre par le Burkina Faso  vise entre autre objectif : à atteindre une position viable de la balance des paiements, à réaliser une croissance inclusive et à réduire la pauvreté en créant un espace budgétaire pour les dépenses prioritaires dans les domaines de la sécurité, de la politique sociale et de l’investissement.

                                                               

L’atelier de Ziniaré qui est essentiellement consacré à l’élaboration des documents notamment le projet de mémorandum de politiques économique et financière, devrait faciliter la participation active et efficace  de la partie Burkinabè, aux différents travaux des 4ème  et 5ème  revues du programme  triennal 2018-2020 qui se derouleront à Ouagadougou, probablement au cours du mois de septembre 2020.

 

 

Service de la Communication de la DGCOOP