Le Ministre de l’Economie, des finances et du développement, Monsieur Lassané Kaboré et le directeur de l’Agence française de développement (AFD), Monsieur Tanguy Deneuil, ont procédé le jeudi 10 septembre 2020, en présence de Son Excellence Monsieur Luc Hallade, ambassadeur de la République française auprès du Burkina Faso, à la signature de deux accords de financement d’un montant total de 12 millions d’euros (7,87 milliards de FCFA).

 

Le premier accord concerne une convention de financement d’un montant total de 9 millions d’euros soit environ 5,9 milliards de FCFA relative à l’extension du Programme national de filets sociaux aux zones périurbaines de Ouagadougou et la mise en œuvre de mesures d’accompagnement pour améliorer l’état nutritionnel de la population et son accès à un paquet de services de santé complet mère-enfant. Le projet est prévu sur une durée de 48 mois sous la responsabilité du ministère de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire.

Ce projet permettra aux ménages les plus démunis de sortir durablement de la pauvreté et de rééquilibrer les rapports de force au sein du ménage dans la mesure où les transferts monétaires seront versés aux femmes. Il contribuera à l’amélioration des conditions de vie et à la réduction des déséquilibres sociaux.

 

Le second accord concerne un avenant à la Convention de financement signée le 18 juin 2020 et relative à un appui de la France aux efforts du gouvernement en matière de lutte contre la pandémie de la Covid-19. Cet avenant d’un montant de 3 millions d’euros (1,98 milliards de F CFA) vient relever la contribution de la France aux efforts du gouvernement du Burkina Faso dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 à 10 millions d’euros (6.56 milliards de FCFA). La tranche de 3 millions d’euros, objet de l’avenant procurera aux autorités burkinabè des ressources additionnelles non affectées pour compenser l’impact budgétaire du plan de préparation et de riposte à la pandémie de la  Covid-19.

Le ministre de l’Economie, des finances et du développement a exprimé sa gratitude à l’ambassadeur de France et au directeur de l’AFD pour les différents égards à l’endroit du peuple et du gouvernement Burkinabè .

 

C'est dans la même veine que la ministre de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, madame Hélène Marie Laurence Ilboudo est intervenue pour remercier les autorités françaises qui ne ménagent aucun effort pour accompagner le Burkina Faso dans la lutte contre la pauvreté. Elle a particulièrement insisté sur l’importance du projet filets sociaux qui permet de lutter efficacement contre la pauvreté, de promouvoir l’équilibre homme et femme et d’améliorer les conditions de vie de la mère et de l’enfant surtout dans les zones rurales. Selon la ministre Ilboudo, le soutien de la France, permettra d’élargir ce projet en zone périurbaine afin de prendre en charge environ 10 000 ménages, soit plus 60 000 personnes dans cinq (05) quartiers périphériques de Ouagadougou. C’est une avancée significative dans la lutte contre la pauvreté qui touche aussi bien les populations vivant en zones rurales qu’en zones périurbaines a-t-elle déclaré.

L’ambassadeur de France pour sa part, a réitéré l’engagement de son pays à soutenir le Burkina Faso dans ses efforts pour faire face aux défis de développement d’où le sens de cette contribution qui va directement soulager les populations vulnérables. Il s’est par ailleurs dit solidaire du gouvernement face aux conséquences de la covid 19.

Service communication de la DGCOOP