Le Ministre de l’Economie, des finances et du développement, monsieur Lassané Kaboré et madame Maimouna MBow Fam, Représentante résidente de la Banque mondiale pour le Burkina Faso  ont procédé le lundi 28 septembre 2020 à Ouagadougou, à la signature d’un accord de financement additionnel pour la mise en œuvre du Projet d'Amélioration de l'accès et de la qualité de l'éducation (PAAQE) dont l’objectif est d’ accroître l’accès à l’éducation préscolaire dans les deux régions les plus pauvres ;  d’accroître l’accès à l’enseignement secondaire dans les cinq régions les plus pauvres et  améliorer l’enseignement et l’apprentissage.

 

D’un  coût global de 73 300 000 DTS équivalent à 100 millions USD soit environ 56 milliards de FCFA, cet important financement de la Banque mondiale est un don destiné à la mise en œuvre des trois composantes du projet  d'Amélioration de l'Accès et de la Qualité de l'Education (PAAQE).

 

En effet, la première composante du projet, permettra : d’accroître l’accès à l’éducation de la petite enfance et améliorer sa qualité ; d’élargir l’accès à l’enseignement secondaire ; de remédier au problème de fermeture d’écoles dans les Zones confrontées au défi sécuritaire.

 

La deuxième Composante vise à : améliorer le programme d’enseignement ;  améliorer la formation initiale et continue des enseignants du secondaire ;  accroître  la disponibilité des équipements scientifiques, de manuels et de supports pédagogiques ; appuyer les initiatives pour la qualité en milieu scolaire ; et évaluer  les résultats d’apprentissage des élèves.

 

La troisième Composante enfin, permettra de planifier et de gérer administrativement l’éducation,  de promouvoir les comités de gestion autonome des écoles, et d’appuyer les activités de gestion et de mise en œuvre du Projet. 

 

Placé sous la tutelle technique du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, le projet en cours de mise en œuvre  est assez prometteur, et tous les intervenants ont reconnu sa pertinence et salué les résultats déjà atteints.

 

Pour la Représentante résidente de la Banque mondiale pour le  Burkina Faso, ce financement s’inscrit dans la cadre de la mise en œuvre du programme national de développement économique et social (PNDES) qui consacre un de ses axes, à la valorisation du capital humain. Il permettra au Burkina Faso de consolider les acquis et de promouvoir un secteur éducatif accessible et de qualité, à même de contribuer à la lutte contre l’extrême pauvreté.

 

Ainsi, dans le cadre de la mise en œuvre du PAAQE plusieurs infrastructures verront le jour notamment des écoles, des collèges d’enseignement général (CEG), des lycées scientifiques et des Bourses seront attribuées à 10 000 élèves. Il met aussi l’accent sur le renforcement des capacités des enseignants et de la communauté éducative.

 

C’est un ministre de l’éducation, monsieur Stanilas Ouaro visiblement très heureux qui a remercié la Banque mondiale au nom du peuple et du gouvernement burkinabé pour sa contribution significative au financement  du secteur éducatif afin de lui permettre de faire un bond qualitatif.

 

Il a par  ailleurs précisé que 1/5  du financement sera consacré à l’éducation en situation d’urgence afin de renforcer la résilience du système éducatif burkinabè face aux différents  maux qui l’assaillent. Le secteur éducatif fait l’objet d’attention par le gouvernement , « un secteur sans lequel,  les efforts du Burkina seront vains en matière de développement », a rassuré le ministre Kaboré.

 

 

.

Service de la communication de la DGCOOP